Combien faut-il gagner pour être heureux ? L’argent fait-il vraiment le bonheur ?


Il existe d’innombrables mythes sur la façon dont nous devrions vivre notre vie. Nous sommes censés être ambitieux, vouloir être riche, avoir du succès et être bien éduqué ; se marier, être monogame et avoir des enfants.

Ces constructions sociales peuvent nous faciliter la vie en nous fournissant des lignes de conduite, et elles peuvent parfois aussi nous rendre plus heureux. Mais ce sont, au fond, des histoires – et elles n’ont pas toutes été imaginées par des contemporains… Ainsi, beaucoup de ces mythes finissent par créer une sorte de dissonance sociale et, perversement, elles causent plus de tort que de bien.

En plus de satisfaire certains de nos désirs innés, ces récits ont développé des schémas de pensée et d’action qui aident à rendre plus facile la navigation dans un monde compliqué. En cherchant dans ces récits des indices sur la façon dont on devrait vivre, on obtient un chemin cohérent à suivre. C’est pourquoi, non seulement on souhaite s’intégrer, mais on peut aussi nous fâcher avec ceux qui ne le font pas.

Les histoires sur la richesse et le succès, en particulier, sont des récits sociaux dont on ne semble pas se lasser. Il est évident que l’absence de l’une ou l’autre de ces deux choses peut causer de l’anxiété et de la misère. Cependant, les récits suggèrent que peu importe combien nous avons déjà, il faudrait en posséder encore plus. L’hypothèse est que plus d’argent et plus de succès se traduiront par une plus grande satisfaction. Mais le piège vient du fait que le bonheur que procure ces aspects diminue au fur et à mesure que l’on grimpe dans l’échelle sociale et peut même s’inverser. Pour être plus heureux, il faudrait donc passer d’une culture du « toujours plus » à une culture du « juste assez ».

Oui, l’argent fait le bonheur …

Les études montrent que partant de la base, plus on gagne d’argent plus on est heureux mais que le rendement en termes de bonheur baisse constamment. Dit autrement, une fois que vos besoins de base sont satisfaits, gagner plus d’argent n’augmentera que peu votre satisfaction de la vie.

Combien faut-il gagner pour être heureux ?

Et une récente étude, publiée dans Nature, indique qu’il y a des ‘seuils de satiété’. L’argent ferait bel et bien le bonheur, mais seulement jusqu’à un certain niveau. Selon l’étude, qui se base sur des sondages effectués auprès de 1,7 millions de personnes de par le monde (164 pays), le revenu annuel brut idéal serait de 76.000 euros. Et il faudrait un revenu compris entre 48.000 à 60.000 euros par an pour être bien émotionnellement. Pour les pays d’Europe de l’Ouest, dont la France, les chiffres sont plus ou moins équivalents à cette moyenne mondiale.

Cela représente évidemment des chiffres énormes pour nombre d’entre nous. D’autant plus que ces chiffres sont par personne, et non pas par foyer.  Pour mesurer les seuils de satiété d’un foyer, il faut multiplier le revenu par la racine carrée du nombre de personne dans le foyer.

Donc le revenu de 76 000 euros annuel devient 106 400 euros pour 2 personnes (multiplié par 1,4) et 129 000 euros pour 3 personnes (multiplié par 1,7). Un foyer de 2 personnes atteindrait le seuil de bien-être émotionnel à 67,200 euros annuels ; et un foyer de trois personnes à 81,600 euros.

… Mais trop en gagner rend plus malheureux

Ce qui peut être plus étrange est l’idée que l’argent rend malheureux, et pourtant. Non seulement gagner plus d’argent augmente de moins en moins le niveau bonheur, mais à partir d’un seuil, il réduit la satisfaction de la vie.

Une enquête américaine, sur l’utilisation du temps libre, démontre un processus similaire. L’enquête, qui permets d’estimer les niveaux de bonheur associés à une plusieurs activités quotidiennes, a constaté que le bonheur augmente avec l’augmentation des revenus au bas de l’échelle, puis diminue avec des revenus plus élevés. 

Ainsi, contrairement à ce que la plupart d’entre nous aurait surement prédit, ceux et celles qui gagnent plus de 80,000 euros ne sont pas forcement plus heureux que ceux dont les revenus sont inférieurs à 20 000 euros. 

Pourquoi plus gagner d’argent peut rendre moins heureux ?

Les personnes qui ont des revenus élevés expliquaient que leurs expériences avaient moins de sens. Peut-être que « tout posséder » attenu ce qu’on ressent, le rendant banal et insignifiant.

De plus, à mesure que les revenus augmentent, il semble qu’on accorde une plus grande importance aux pertes de revenus dues au fait de ne pas travailler. C’est ce que les économistes appellent les coûts de renoncement ou coûts d’opportunité, c’est-à-dire le coût en termes d’opportunités non-réalisées lorsqu’on fait un choix. Si le temps c’est de l’argent, alors le temps passer à se promener en famille ou à boire un café avec ses amis, est une occasion manquée de gagner de l’argent.

Les personnes les plus riches ont donc tendance à travailler davantage pour tirer parti de la valeur accrue de leur temps. Il a cependant été prouvé que plus on attribue une valeur monétaire à l’argent, plus le plaisir des loisirs diminue. Vous n’avez pas le temps pour le plaisir lorsque vous utilisez tout votre temps pour devenir riche.

Les études suggèrent donc que les riches peuvent être amené à accorder plus de temps et d’attention aux activités favorisant l’obtention d’encore plus de richesses, telles que des heures de travail supplémentaires et des trajets plus longs. En faisant cela, ils s’éloignent des activités procurant plus de bonheur, comme les activités à l’extérieur et les moments en compagnie de leurs familles et amis.

Ces études ont aussi des répercussions sur ce qu’on devrait considérer une carrière professionnelle réussit. Généralement on retrouve dans la liste de ces professions, le métier d’avocat, les postes de direction, etc. mais plusieurs études ont constaté que ces métiers bien payer ne rendaient pas plus heureux. Les secrétaires, coachs sportif et fleuristes, par exemple, se disaient plus satisfaits de leurs vies.

Le temps passé au travail semble aussi avoir un impact sur notre satisfaction de la vie. Le bonheur et le sens des objectifs sont les plus forts parmi les personnes travaillant entre 21 et 30 heures par semaine.

Ce qui peut être inférer est donc ce n’est pas véritablement le fait de gagner beaucoup d’argent qui, en soi, rendrait malheureux ou moins heureux. Ce sont les couts associés à cette recherche : vie sociale réduite, stress, durée du travail plus longue, etc.

Conclusion

Cet écart entre ce que nous pensons que l’argent apporte, et le véritable effet beaucoup moindre, voire négatif, explique en grande partie le piège narratif de la recherche de la richesse. 

Mais la plupart des gens, y compris ceux dont le revenu est supérieur à 48 000 euros, pensent sincèrement que gagner plus les rendraient plus heureux. Et la plupart des gens, quel que soit leur revenu, continuent à vouloir gagner plus d’argent longtemps après avoir atteint le seuil des 48 000 euros.

Si vous ne vous efforcez pas de joindre les deux bouts, peut-être est-il temps de cesser de courir après l’argent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *