S’expatrier à Montréal : pourquoi cette ville attire tant ?


Alors qu’il devient de plus en plus facile pour les jeunes de partir explorer d’autres contrées, grâce entre autre à la démocratisation d’Erasmus, des SVE, PVT, et autres VAE, certaines villes ont indéniablement la cote et continuent d’attirer les Français années après années. New-York, Sydney, Berlin ou encore Singapour reviennent régulièrement dans les classements des villes préférées des expatriés, que ce soit pour leur qualité de vie ou leur attractivité financière. Une ville cependant allie ces deux aspects, et compte aujourd’hui une communauté de près de 100 000 français : Montréal. Pourquoi la ville québecoise attire autant ? C’est ce que nous allons tâcher de comprendre.

Se loger à Montréal

La ville compte 19 arrondissements, et offre donc autant de possibilités pour se loger, et d’occasions de se perdre dans ses choix. Quels sont les quartiers qui montent en ce moment ? On peut citer Griffintown en tête : cet ancien quartier industriel attire une population urbaine de jeunes actifs, en quête d’un quartier dynamique et proche du centre-ville (à peine 10 minutes). La floraison de « condos » neufs (qui signifie « copropriété » en français, et qui désigne généralement les appartements à acheter à Montréal ou dans d’autres pays anglophones comme l’Australie ou la Nouvelle-Zélande) a également participé à renouveler ce quartier.

Pour trouver une population plus familiale, c’est vers le quartier de Rosemont qu’il faut se tourner. Ancien quartier ouvrier, il abrite aujourd’hui de nombreux parcs et commerces qui en font un endroit accueillant et paisible pour ceux qui sont en quête d’une vie de quartier agréable. Attention au quartier Plateau Mont Royal, où se regroupent tous les français : victime de gentrification, les loyers sont plus cher que dans les autres quartiers !

Relativement rentables, il est probablement plus intéressant de se tourner vers l’achat de condos, amortis au bout de quelques années seulement. On trouve un grand nombre de condo à vendre à Montréal dans de très chouettes quartiers ; la bonne solution si vous décidez de vous y installer pour quelques temps !

Montréal, l’eldorado économique ?

La crise économique en Europe a probablement favorisé le départ d’un certain nombre de jeunes, qui pensent trouver à Montréal une terre riche de promesses et d’emploi. Si le chômage et les emplois précaires ne sont pas inexistants au Canada, le pays a été globalement épargné. Il existe d’ailleurs des accords d’échanges économiques entre le Canada et la France, à travers notamment les PVT (Permis Vacance Travail), sorte de visas qui permettent de venir à Montréal sans avoir à s’encombrer de trop de papiers administratifs. Les « PVTistes », comme on les appelle, sont d’ailleurs majoritaires parmi les expatriés français. Pour eux, il n’est pas difficile de trouver un petit boulot, puisque de plus en plus de français ouvrent boulangeries, cafés et autres commerces auxquels nous sommes habitués ici en France ; autant d’endroits qui embauchent régulièrement.

Pour ceux qui partent vivre au Canada pour y faire carrière, certains domaines recrutent plus que d’autres. Ingénieurs, c’est peut-être là votre chance : aéronautique ou technologies de l’information cherchent à la pelle. Le secteur du jeu vidéo est également en plein essor, ainsi que celui de l’énergie dans lequel le pays cherche à innover.

Une ville francophone, mais à la mentalité américaine !

Et c’est aussi une des spécificités de Montréal : la possibilité de vivre dans une région francophone, tout en ayant accès, par sa culture et sa proximité géographique, au mode de vie américain. Mais nombreux sont les français à emménager au Canada en espérant retrouver une « 2ème France », et ceux-là repartent déçus. Nous sommes bien en Amérique du Nord, et le rapport à l’argent et au travail est très différent du nôtre. Le marketing prend une grande place, et il faut constamment faire ses preuves. Attention alors, au moment du choix de votre futur pays d’accueil, de choisir Montréal pour les bonnes raisons ! Amour du pays, de la culture et de la mentalité doivent prévaloir sur les éventuelles facilités d’embauche ou facilités linguistiques, qui au final n’en sont pas toujours. Eh oui, les québecois pensent comme des américains, et s’expriment comme tel ! Entre tournures de phrases alambiquées et humour incompréhensible, il faut garder à l’esprit que si la langue est la même, la façon de parler diffère totalement de la nôtre !

Quelques conseils alors avant de partir pour Montréal : prenez le temps de préparer votre départ en amont, restez ouvert d’esprit, et fuyez Montréal ! Québec et Laval, les deux plus grandes villes après Montréal, seront également ravies de vous accueillir, alors pourquoi ne pas y penser ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *