Le surendettement



Bien gérer et maîtriser son budget c’est faire face aux dépenses quotidiennes d’une part mais également anticiper au mieux les dépenses imprévues comme un matériel à remplacer ou faire face à un accident de la vie ou à une perte temporaire d’emploi.

En France, comme dans de nombreux pays européens notamment, il existe de nombreux ménages qui, pour diverses raisons, doivent faire face à des difficultés financières justement parce qu’ils n’ont pas su gérer au mieux leur budget quotidien. Les risques de tomber dans le surendettement sont alors important avec les conséquences qui vont avec. Pourtant il existe de nombreuses méthodes pour faire face, au mieux, au besoin courant de trésorerie d’une famille.

Le piège du surendettement

Le surendettement, même s’il donne l’impression de ne toucher que les autres, est un véritable fléau mais aussi et surtout un drame dans notre société. Celui-ci est évoqué lorsqu’une personne physique, ou un ménage, est dans l’incapacité de faire face à ses créanciers comme cela est d’ailleurs également le cas pour une entreprise.

Cette situation particulièrement difficile porte en plus en elle de nombreux clichés qui accablent encore un peu plus les familles tombées dans le piège du surendettement. En effet, bien souvent les personnes impactées sont perçues comme étant les principales responsables de leur surendettement. Or ceci est bien souvent loin d’être le cas.

Pour la majorité des individus concernés, il s’agit en fait d’un surendettement passif occasionné par divers accidents de la vie, comme la perte d’un emploi, une séparation, un décès ou une maladie. Des personnes déjà dans des conditions précaires se retrouvent seules pour assumer le quotidien et le passif du ménage.

Enfin et pour les cas restants, c’est cette fois un surendettement dit « actif » qui les a conduit dans une situation financière catastrophique en contractant par exemple de nombreux prêts ou crédits à la consommation.

Le dossier de surendettement

En France, les lois ont évolué pour aider les victimes du surendettement notamment grâce à l’instauration de procédures spécifiques et le montage de dossiers examinés au cas par cas par une commission dépendante de la Banque de France qui statut sur le placement ou non en faillite personnelle des individus concernés.

Durant l’examen de votre dossier vous ne serez plus tenu de rembourser vos crédits ou votre découvert ni de régler vos dettes : arriérés de loyers, d’impôts, factures impayées, frais d’huissier, etc. Cependant vous devrez toujours rembourser vos dettes alimentaires et pénales. Vous serez également inscrit au Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers (FICP).

Si votre dossier est retenu, la commission pourra vous proposer diverses solutions : rééchelonnements, reports, et/ou des effacements partiels de vos dettes. Et dans les situations de surendettement les plus graves, la commission peut également opter pour l’effacement total de vos dettes, avec ou sans liquidation judiciaire.

Surendettement en France en 2018

En 2018 la réglementation en vigueur a été modifiée afin de proposer à certains ménages en situation de surendettement un plan de redressement plus rapidement, sans passer devant un juge.

L’année dernière, un peu moins de 92.000 personnes se sont tournées pour la première fois vers une commission de surendettement. C’est la sixième année consécutive que le nombre de primo surendettés recule. Le montant total des emprunts par des ménage surendettés a également reflué, de 20% par rapport à 2014, pour atteindre 6,6 milliards d’euros en 2018.

Cette amélioration est dû à la meilleure santé économique du pays et au faible taux des crédits, mais pas seulement. L’encadrement des crédits à la consommation (lois Largade 2010 et Hammon 2014) est, selon les spécialistes, l’un des facteurs majeurs. Les crédits à la consommation ne représentent plus que 40 % du surendettement total en 2018, contre plus de 60 % en 2010. A l’inverse, la part des crédits immobiliers est plus importantes. Il n’en reste pas moins que près de 3 ménages surendettés sur 4, sont locataires

Ne pas vivre au-dessus de ses moyens

Cela peut paraître une évidence, mais pourtant la première règle d’une bonne gestion de son budget est belle et bien de ne pas dépenser plus que les revenus du ménage. Sauf situation exceptionnelle, il est donc indispensable de veiller à équilibrer ses comptes et, si possible, d’anticiper les dépenses à venir en épargnant le surplus de revenu.

Premier poste de dépense des ménages, le logement. Que vous soyez locataire ou propriétaire, il est impératif de ne pas surestimer sa capacité de paiement mensuel, que ce soit pour le remboursement d’un crédit ou le paiement d’un loyer. Pensez au fait que plus le logement est grand, plus les dépenses liées au chauffage notamment mais également aux impôts relatifs à ce logement seront important. Il faut donc privilégier le logement le plus adéquat possible entre les revenus du ménage et les réels besoins de la famille.

Viennent ensuite les dépenses liées à l’alimentation, puis l’ensemble des dépenses liées aux transports, aux loisirs ou à la santé. Il ne tient là aussi qu’à vous de vous fixer certaines limites budgétaires pour ne pas tomber dans l’excès.

Limiter et regrouper ses crédits

Si vous avez déjà contracté plusieurs crédits ou prêts, sachez qu’il est possible d’optimiser vos remboursements. Dans le cas d’un crédit immobilier par exemple, vous pourrez, en fonction des conditions en vigueur, renégocier votre prêt et ainsi faire diminuer le taux effectif de celui-ci et donc au final vos mensualités. Le gain peut parfois être très important si vous avez souscris un prêt dans une période où les taux d’intérêt était plus élevé que maintenant.

Dans de nombreux autres cas de figures, il peut être particulièrement intéressant de regrouper vos crédits. Cela peut être le cas en passant par exemple par un organisme que se charge de racheter vos dettes et de les regrouper au sein d’un seul et unique prêt, plus simple à comprendre et donc à maîtriser. Si un besoin ponctuel de financement apparaît, bien souvent dans le cas d’un imprévu de la vie (changement d’électroménager voir de véhicule), sachez profiter des offres promotionnelles des organismes de crédit qui proposent parfois des taux d’intérêt à prix cassé.

Il existe donc diverses astuces, des plus simples à d’autres plus complexes, pour maîtriser au mieux son budget et ainsi éviter de tomber dans le piège du surendettement. Quelques soient vos revenus et donc votre niveau de vie, vous devez prendre le temps faire attention à vos dépenses et donc de ne pas tomber dans le piège d’une vie au-dessus de vos moyens. Il est également indispensable de ne pas multiplier vos crédits, surtout à la consommation, mais de tout faire pour les regrouper grâce au mécanisme de rachat notamment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *